Peyrehorade Sport Rugby Pays d'Orthe : site officiel du club de rugby de PEYREHORADE - clubeo

Années 1991-2000 : la première division et les titres de noblesse

C'est au cours de cette décennie que le club va obtenir ses titres les plus importants : champion de France de deuxième division en 1994 pour l'équipe Fanion, champion de France en Alamercy (la compétition la plus relevée pour les Cadets) en 1997 et champion de France Nationale B pour les Seniors B en 2000.

Saison 1990-1991. Encore une petite saison, qui voit Peyrehorade terminer dans le ventre mou de la poule. Les deux équipes juniors se qualifient pour les phases finales du championnat de France (l'équipe 2 remporte le challenge des provinces face au Stade Toulousain).
Création d'une équipe féminine entraînée par Michel Destandau (dit Buzy) et Gilbert Pot.

Saison 1991-1992. L'équipe Fanion se redresse, elle termine 4ème (sur 10) de sa poule, puis première (sur 4) de la poule des Play-off. Elle se qualifie pour les 16ème de finale, qui permet au vainqueur d'accéder à la première division (Groupe B) pour la saison à venir. Elle perd 22-10 contre Fleurance et reste donc en deuxième division. Jean-Frédéric ("Jeff ") Dubois, 18 ans à peine, fait ses premiers pas en équipe Fanion. 
Le 30 mai 1992, jubilé de Gaston Dubois avec notamment un match où ses trois fils (Philippe, Pierre et Jeff) jouent ensemble dans la sélection des Verts opposée à la sélection de Côte Basque Landes. Cela fait presque trente ans que Gaston est au service du Club.

Saison 1992-1993. L'équipe Fanion confirme les gros progrès de la saison précédente et échoue aux portes de la (re)montée en première division.
Décès de Zazou Darrieussecq (à 67 ans), qui a beaucoup compté dans la vie du club après avoir fait une brillante carrière (international B, deux finales disputées avec le Stade Montois).
Agrandissement de la maison du Rugby (novembre 1992 à juin 1993), avec 81 bénévoles pour 3289 heures de travail

Saison 1993-1994. C'est l'année du titre de champion de France de deuxième division, la plus grosse récompense jamais obtenue par le Club (lire par ailleurs). Les Verts dominent leur poule, surclassent bien des adversaires avec des scores fleuves et laissent Mugron (le deuxième) à 10 points. Ils assurent ensuite la  montée dans le groupe B de la première division (grâce à une victoire sur St Sever en 1/8ème de finale) et poursuivent leur route pour terminer champions de France, en dominant de bout en bout Boucau-Tarnos en Finale, devant 10.000 spectateurs (le match avait lieu à St Vincent de Tyrosse).
A noter que 12 des 15 Verts présents sur la pelouse cette année-là ont été formés au Club. Grâce à son école de rugby, Peyrehorade obtient d'excellents résultats, malgré le pillage systématique à chaque intersaison (en 1993, une trentaine de joueurs formés au Club jouaient dans diverses équipes de première division...).

Saison 1994-1995. Miracle, le groupe ne perd pas d'éléments à l'intersaison. Mieux, il se renforce. Avec le niveau montré l'année précédente, avec la stabilité au niveau de l'encadrement, tout portait à croire que cette énième remontée en première division ne serait pas un aller-retour. Malgré un départ un peu difficile, l'équipe confirmera ses qualités et se qualifie pour les 8ème de finale où elle sera éliminée par Lourdes (en jouant à 14 pendant une mi-temps). Qu'importe, Peyrehorade semble avoir vaincu son signe indien et reste en première division.
Les collégiens de la classe Promotion décrochent le titre de champion de France catégorie minimes UNSS.

Saison 1995-1996. Pour sa deuxième saison consécutive en première division, Peyrehorade conserve l'essentiel de son effectif et il enregistre plusieurs retours de joueurs expatriés. Cette saison ressemble en tous points la précédente et les Verts décrochent la première place de la poule, puis poursuivent leur route  pour accéder à la demi-finale, qui leur donne accès au groupe A2. En demi-finale, ils se font étriller par Aurillac.

Saison 1996-1997. Arrivé juste en-dessous de l'élite (le groupe A1), Peyrehorade n'a pas les moyens de lutter, d'autant plus qu'il enregistre des départs (et arrêts de carrière) importants (Jeff Dubois, Yannick Lamour, Gérard Berraute,...). Pourtant, il ne manquera que deux points au classement pour assurer le maintien. Les Verts descendent dans le groupe B.
Les Cadets remportent face a Grenoble la finale du championnat de France en compétition Alamercery, au Parc des Princes, en lever de rideau de la finale du championnat de France de première division. (lire par ailleurs).

Saison 1997-1998. Le groupe B de la première division est relevé, Peyrehorade y fait figure de petit Poucet. Ceci ne l'empêchera pas de faire une belle saison et il assurera son maintien et sera éliminé en 8ème par Istres.
Inauguration des nouveaux vestiaires à Joseph Dabadie.
Décés de Bernard Lesgourgues ("Bamba"
), figure emblématique du Club

Saison 1998-1999. Magnifique saison, une nouvelle fois, où le Peyrehorade Sports termine premier de sa poule et chute en demi-finale du groupe B face à Aubenas, qui deviendra champion de France. En match de barrage pour l'accession au groupe A2, il bute sur Marmande.

Saison 1999-2000. Saison proche de la précédente, où Peyrehorade atteint les 8ème de finale, pour la troisième année consécutive (défaite face à Albi). Le maintien dans le groupe B est assuré. Julien Peyrelongue, 18 ans et à l'orée d'une belle carrière de professionnel, occupe la place d'ouvreur, associé à Peïo Roussarie, qui deviendra également joueur professionnel.
L'équipe B, après une décennie de vaches maigres, devient champion de France de Nationale B.

Source : "Peyrehorade, 100 ans de rugby", de Stéphane Getten