Peyrehorade Sport Rugby Pays d'Orthe : site officiel du club de rugby de PEYREHORADE - clubeo

Période 1971-1980. Yoyo entre la première et la deuxième division

L'Ecole de Rugby continue de récolter ses fruits et pour la saison 1970-1971, le Peyrehorade-Sports aligne deux équipes Juniors ! En décembre 1972, soit 5 ans après ses débuts, l'Ecole de Rugby compte 255 élèves et reçoit son 500ème inscrit...

L'Ecole de Rugby de Peyrehorade est particulièrement renommée et elle a servi d'exemples a beaucoup d'autres. De tous temps, elle a permis, malgré l'exode de l'intersaison, de maintenir le club dans les compétitions de haut niveau...

Au cours de la saison 1972-1973, le club dispute les phases éliminatoires et obtient face à Oyonnax  son billet d'accession à la première division. Tout Peyrehorade s'était déplacé pour ce match qui avait lieu à Aurillac, seul le curé Doyen était resté au village, et à contre cœur, à ce qu'en disait le Midi Olympique de l'époque. M. Lamolère, vice-Président d'Oyonnax et peyrehoradais d'origine, remet un chèque important à l'intention des joueurs... Beau geste s'il en est... Peyrehorade passe ensuite les quarts de finale et échoue en demie face au Creusot. Mais l'essentiel était acquis et plus de 250 personnes assistent à la réception organisée par la Mairie pour honorer leur équipe. Il est à remarquer que 14 des joueurs qui ont permis au club d'accéder à la division supérieure (Nationale, comme on disait alors) ont été formés à l'école de rugby locale, que plusieurs d'entre eux sont encore juniors, et que la moyenne d'âge est de 21 ans à peine. Mais pour Gaston Dubois, ce succès arrive un peu trop tôt : « Mes garçons éprouvaient jusqu'ici les joies saines dans la pratique du rugby et jouaient pour le plaisir. (…) C'est un autre rugby qu'ils vont découvrir, dans lequel il n'y a plus de place pour le plaisir et le luxe ». Dépression post natale juste après la naissance de son fils Jeff ? Allez savoir...

Mais Gaston se trompait et la saison suivante (1973-1974), le Peyrehorade-Sports fera de beaux matchs et montrera son enthousiasme. Toutefois, cela ne lui suffira pour se maintenir et il redescend en deuxième division. Cette année là, le club compte 415 licenciés (dont 247 à l'école de Rugby) et aligne deux équipes de Seniors, deux équipes de Juniors et deux équipes de cadets.

Le docteur Dabadie reçoit la médaille d'or de la FFR, octroyée aux très grands serviteurs du rugby.

La saison 1974-1975 démarre très mal mais les résultats se redressent et en fin de saison, le club monte une nouvelle fois en Nationale.

En janvier 1975, Georges Magendie (joueur du Racing Club de France qui avait fait ses classes à Peyrehorade) meurt des suites de sa blessure contractée lors d'une mêlée écrasée. L'émotion est immense dans tout le pays.

En 1975, Bernard Lesgourgues ("Bamba"), un des plus grands serviteurs du club, reçoit la médaille d'or de la Jeunesse et des Sports. 

 Bamba reçoit la médaille de Jean Labat, inspecteur de la Jeunesse et des Sports, sous les applaudissements de Jean Dupaya, maire de Peyrehorade. Sur la photo de droite, on les retrouve avec, au premier plan, Alice, l'épouse de l'heureux récipiendaire, et à droite le docteur Joseph Dabadie, le Président du club. 

La saison 1975-1976 ne se passe pas mal mais une fois de plus, le club retourne en deuxième division en fin de saison. Tout cela, parce qu'il a perdu deux points au classement à cause d'un joueur exclu lors d'un match... Peyrehorade avait pourtant fait une saison exemplaire, et c'était même le seul club du Comité de Côte Basque à n'avoir été sanctionné qu'une fois, tandis que toutes les autres formations du club alignées dans les diverses compétitions n'avaient même pas un avertissement à déplorer.
Les Cadets se qualifient pour le championnat de France et sont éliminés en demi-finale.

Saison 1976-1977 : la saison est magnifique, l'équipe Fanion sort première de sa poule mais, trop confiante ?, elle se fait sortir dès le début des phases éliminatoires. L'équipe Réserve , qui n'a perdu que deux matchs dans la saison, donne au Club son premier titre de champion de France. Bon comportement également des juniors A, engagés en Reichel, qui terminent premiers de leur poule.

La saison 1977-1978 est un grand cru, avec 3 équipes Seniors, 2 équipes juniors et 2 équipes Cadets engagées en compétition. L'équipe Fanion, grâce à une bonne fin de saison, décroche à nouveau son billet d'accession à la première division (Nationale, groupe B). La Réserve récidive et décroche le titre de champion de France. Engagées en compétition de Côte Basque, les deux équipes Juniors se qualifient pour disputer le championnat de France.

En décembre 1978, mort du docteur Joseph Dabadie, à l'âge de 80 ans, après une courte maladie.

Saison 1978-1979. A nouveau une grande saison. Cette fois, le Club se maintient en première division. L'équipe Juniors 1, engagée en Reichel, fera un bon parcours en éliminant Bègles (le champion sortant) en 8ème et en se faisant éliminer au tour suivant par le Stade Toulousain, bien aidé par l'arbitrage. Gaston Dubois note : « Les nombreux supporters venus encourager les leurs n'eurent même pas l'envie de manger l'arbitre tout cru. Il était trop dur ! ». L'équipe Cadets 1 décroche le titre de champion de Côte Basque. Les Benjamins enlèvent les tournois de Côte Basque et de Mimizan.

Saison 1979-1980. Les benjamins et les minimes remportent le tournoi de la Côte Basque. Le 10 février 1980, un nouveau drame touche le club: Jean-Louis Bareigts (22 ans) est gravement blessé aux cervicales lors d'un regroupement. On craint qu'il ne reste tétraplégique mais il ne lâchera rien lors de sa longue et pénible rééducation et il se remettra debout. Il en conservera quelques séquelles qui l'obligeront à changer de vie mais gardera intact son enthousiasme pour le rugby et deviendra par la suite un Président très entreprenant, charismatique et consensuel. "Chienne de vie, jamais je t'en veux...", chante Kent...

En 1980, organisation d'un premier bal à papa (avec repas), d'un loto, d'un estanquet pendant les fêtes locales et lancement de l'opération "membre bienfaiteur" pour améliorer les finances du club.

Source : Histoire et histoires du Peyrehorade-Sport de Gaston Dubois

 



FAITES PROFITER LE CLUB DE VOS TOOKETS

Vous avez une carte de crédit ou un compte sur livret à la Caisse Aquitaine du Crédit Agricole? Alors, vous pouvez aider le Peyrehorade Sports Pays d'Orthe sans qu'il vous en coûte un euro. Comment ? Tout d'abord, en ouvrant (si ce n'est déjà fait) votre espace personnel sur le site de votre banque (onglet "Accéder à mes comptes"). Dès lors, un compte Tookets est créé à votre nom et chaque fois que vous utiliserez votre carte ou votre livret, la banque créditera votre cagnotte "Tookets" (vous n'avez rien à faire, c'est automatique). Ces Tookets, vous ne pouvez pas en profiter vous-mêmes mais vous pouvez en faire don à une association de votre choix, inscrite au programme Tookets de votre caisse. Le Peyrehorade Sports Rugby est de celles-là. Donc, aux moments que vous choisirez, vous pouvez verser tout ou parte de vos tookets à votre club de coeur, où ils seront alors convertis en euros sonnants et trébuchants (à raison de 100 Tookets pour 1 euro). Ce sont des petites sommes mais les ruisseaux font les rivières...

Sur votre espace personnel, vous pouvez consulter à tout moment le montant de votre cagnotte Tookets (la banque vous enverra également périodiquement un mail pour vous en avertir).

 

 

NEWSLETTER

Pour vous tenir informé de tout ce qui se passe dans le club, bénéficier d'une avant-première des matchs et d'un compte-rendu de ceux-ci, vous pouvez recevoir la lettre électronique que nous éditions deux fois par semaine (en période de pointe).

Cette lettre est gratuite. Pour la recevoir, il suffit de vous inscrire en envoyant un mail à rugbypeyrehorade@gmail.com avec la mention "OK pour la lettre". Si la lettre se révèle être sans intérêt pour vous, il vous sera très facile de vous désinscrire.